Congé pour reprise : condition d’habitation des locaux à titre principal

Illustration actualité juridique

Par la Rédaction | Publié le 3 avril 2013
Print Friendly, PDF & Email

Partagez à vos contacts :
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Le congé pour reprise d’un logement impose au bailleur d’y habiter à titre principal, sous peine de congé frauduleux.

Un bailleur a délivré un congé aux fins de reprise d’une habitation à son profit. Après avoir libéré l’habitation, le preneur demande des dommages et intérêts pour congé frauduleux.
Dans un arrêt du 10 novembre 2010, la cour d’appel de Caen rejette la demande du preneur, au motif que même si le bailleur occupe de manière alternative ses différents logements, ce mode d’occupation temporaire ne permet pas d’établir une intention frauduleuse du bailleur.
La Cour de cassation casse et annule, le 17 octobre 2012, l’arrêt de la cour d’appel, considérant que les juges du fond n’avaient pas respecté l’article 2 et 15 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 ; le congé pour reprise n’est pas frauduleux à la condition d’une habitation principale du logement repris. En l’espèce, le bailleur partage l’occupation de l’habitation reprise et d’un autre logement.
 

© LegalNews

Auteur de l’article : la Rédaction

Des juristes et des avocats publient sur Droit.fr des articles d'actualité pour éclairer les particuliers et professionnels sur les dernières nouveautés en matière juridique. Très prochainement, des fiches pratiques seront également mises à disposition gratuitement afin de vous aider au mieux dans vos recherches juridiques du quotidien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.