QPC : qualité pour agir en nullité d’un acte pour insanité d’esprit

Illustration actualité juridique

Par la Rédaction | Publié le 20 janvier 2013
Print Friendly, PDF & Email

Partagez à vos contacts :
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution l’article 414-2 du code civil, relatif aux personnes ayant qualité pour agir en nullité d’un acte pour insanité d’esprit.

Le Conseil constitutionnel a été saisi le 7 novembre 2012 par la Cour de cassation d’une question prioritaire de constitutionnalité relative à la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit de l’article 414-2 du code civil.
L’article 414-1 du code civil dispose que pour faire un acte valable, il faut être sain d’esprit. Il confie à ceux qui agissent en nullité pour cette cause la charge de prouver l’existence d’un trouble mental au moment de l’acte.L’article 414-2 du même code désigne les personnes qui ont qualité pour agir sur ce fondement. Le premier alinéa réserve cette qualité à l’intéressé, de son vivant.Les deuxième à cinquième alinéas fixent les cas dans lesquels, après le décès de ce dernier, les actes autres que la donation entre vifs et le testament peuvent être attaqués par les héritiers.
Les requérants soutenaient que les dispositions de l’article 414-2 porteraient atteinte au droit à un recours effectif.
Le Conseil constitutionnel a écarté ces griefs et jugé l’article 414-2 du code civil conforme à la Constitution.D’une part, avec l’article 414-2 du code civil, le législateur a poursuivi un but d’intérêt général. Il a entendu assurer un équilibre entre les intérêts des héritiers et la sécurité des actes conclus par le défunt, en particulier des transactions. Il a aussi voulu, dans l’intérêt d’une bonne administration de la justice, éviter les difficultés liées à l’administration de la preuve de l’état mental d’une personne décédée. D’autre part, le législateur a apporté au droit des héritiers des limitations proportionnées au regard de ces objectifs, sans faire obstacle à ce qu’ils exercent des actions en nullité qui seraient fondées sur les règles du droit commun des contrats. Des actes passés au moyen de violences, de fraudes ou d’abus de faiblesse peuvent ainsi être annulés.

© LegalNews

Auteur de l’article : la Rédaction

Des juristes et des avocats publient sur Droit.fr des articles d'actualité pour éclairer les particuliers et professionnels sur les dernières nouveautés en matière juridique. Très prochainement, des fiches pratiques seront également mises à disposition gratuitement afin de vous aider au mieux dans vos recherches juridiques du quotidien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.