De l’absence de cause d’une convention conclue entre une société et l’entreprise …

Illustration actualité juridique

Par la Rédaction | Publié le 6 décembre 2012
Print Friendly, PDF & Email

Partagez à vos contacts :
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

La Cour de cassation met en exergue les dangers des délégations aux structures unipersonnelles.

En l’espèce, dans l’arrêt rendu par la Cour de cassation, le 23 octobre 2012, M. X. avait été nommé directeur général et président du conseil d’administration de la société M. En 2005, cette dernière avait  conclu avec la société P., dont le gérant et associé unique est M. X., une convention de prestations de service.
Aux termes de la convention litigieuse, la société M. avait confié à la société P. les prestations de création et développement de filiales à l’étranger, d’organisation, de participation à des salons professionnels, de définition des stratégies de vente dans les différents pays visés et de recherche de nouveaux clients à l’étranger. 
En 2007, M. X. a été démis de ses fonctions de directeur général de la société M. et le contrat conclu avec la société P. a été résilié. La société P. et M. X. ont assigné la société M. en paiement de l’indemnité contractuelle de résiliation du contrat de prestation de services. 
La cour d’appel de Chambéry, le 21 juin 2011, a rejeté leur demande en retenant que la convention litigieuse était sans cause : elle estime que cette convention constitue en fait une délégation à la société unipersonnelle dont M. X. est le gérant, d’une partie des fonctions de décision, de stratégie et de représentation incombant normalement à ce dernier en sa qualité de directeur général de la société M. Cette convention faisait double emploi, à titre onéreux pour cette société M., avec lesdites fonctions sociales de Directeur Général de Monsieur X. Elle n’avait donc pas de cause. 
La chambre commerciale de la Cour de cassation approuve la cour d’appel en retenant que cette dernière a clairement fait ressortir que les obligations stipulées à la charge de la société M. étaient dépourvues de contrepartie réelle et donc de cause. Cette convention était donc nulle.

© LegalNews

Auteur de l’article : la Rédaction

Des juristes et des avocats publient sur Droit.fr des articles d'actualité pour éclairer les particuliers et professionnels sur les dernières nouveautés en matière juridique. Très prochainement, des fiches pratiques seront également mises à disposition gratuitement afin de vous aider au mieux dans vos recherches juridiques du quotidien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.