Peut-on imposer un paiement anticipé total lors de la commande d’une cuisine équipée ?

Illustration actualité juridique

Par la Rédaction | Publié le 21 mars 2013
Print Friendly, PDF & Email

Partagez à vos contacts :
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Peut être considérée comme abusive la clause prévoyant le paiement anticipé intégral d’une cuisine équipée à la commande.

La sénatrice Sophie Primas a fait remarquer qu’un certain nombre de grandes enseignes imposaient aux consommateurs un paiement anticipé total lors de la commande d’un bien d’importance, comme l’achat et la pose d’une cuisine équipée. Le consommateur ne dispose alors que de peu de marges de manœuvre face à la société, en cas de malfaçon ou de défaut de prestation.
Dans une réponse formulée le 17 janvier 2013, le ministère de l’Economie rappelle que la Commission des clauses abusives a considéré dans sa recommandation n° 82-03 concernant les contrats d’installation de cuisine comme abusive la clause qui prévoit un échelonnement des paiements excédant la valeur des prestations successivement exécutées. Par ailleurs, dans le secteur de l’installation de cuisine équipée, la jurisprudence considère qu’exiger que la totalité du prix soit réglée au moment de la mise à disposition des éléments qui restent à poser revient à priver le consommateur d’opposer à la société l’exception d’inexécution alors même que les éléments livrés présenteraient des défauts ou non-conformité ou ne seraient pas susceptibles de remplir leur destination. Dans ces conditions, les dispositions incriminées confèrent ainsi à la société un avantage excessif qui n’est pas justifié par un motif légitime.Ainsi, le paiement de l’intégralité du montant dû avant le début de la prestation paraît excessif et entraîne un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat puisque le consommateur se voit contraint d’exécuter l’intégralité de son obligation de paiement alors que le professionnel n’a exécuté aucune de ses obligations et qu’en outre, il a déjà perçu un acompte. Dans ces conditions, la clause prévoyant le paiement anticipé intégral de la cuisine équipée à la commande est donc susceptible d’être considérée comme abusive par le juge au sens de l’article L. Droit social-1 du code de la consommation et dès lors déclarée nulle et non écrite.

© LegalNews

Auteur de l’article : la Rédaction

Des juristes et des avocats publient sur Droit.fr des articles d'actualité pour éclairer les particuliers et professionnels sur les dernières nouveautés en matière juridique. Très prochainement, des fiches pratiques seront également mises à disposition gratuitement afin de vous aider au mieux dans vos recherches juridiques du quotidien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.