Tarification progressive de l’énergie : rejet par le Sénat

Illustration actualité juridique

Par la Rédaction | Publié le 31 octobre 2012
Print Friendly, PDF & Email

Partagez à vos contacts :
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

La proposition de loi instaurant une tarification progressive du gaz et de l’électricité, renommée proposition de loi visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre, a été rejetée par le Sénat le 30 octobre 2012.

Déposée le 5 septembre 2012 à l’Assemblée nationale, la proposition de loi de François Brottes créant des tarifs progressifs pour l’électricité, l’eau et la chaleur instaure un système de bonus/malus pour encourager les ménages à modérer leur consommation et à améliorer l’isolation de leurs logements. Le périmètre du dispositif sera limité dans un premier temps aux énergies « en réseaux », c’est-à-dire l’électricité, le gaz et la chaleur, qui desservent les résidences principales de particuliers, soit 80 % des logements. L’extension aux autres sources d’énergie, à l’eau et au secteur tertiaire est prévue dans un deuxième temps.

Un forfait de base, c’est-à-dire un volume de kilowattheures, sera personnalisé pour chaque ménage à l’aide de trois critères : le nombre de personnes occupant le logement, sa localisation et le mode de chauffage utilisé. Ces renseignements seront collectés par le biais des feuilles d’imposition qui devront à l’avenir prendre en compte ce dernier élément.

Une tarification à trois niveaux sera appliquée correspondant à différents niveaux de consommation d’énergie : basique, de confort et de gaspillage. La loi prévoira une fourchette de tarification, laissant au gouvernement le soin de fixer chaque année le montant exact par voie réglementaire. Les deux autres niveaux seront des malus compensant ces réductions, le système étant censé s’équilibrer et rester neutre pour les opérateurs.Le « bonus-malus » sera inscrit sur les factures des clients. Les ménages surconsommateurs, qui se verront donc appliquer un malus important, « seront mis en relation avec un réseau local d’aide aux travaux d’efficacité énergétique ». L’attention sera portée sur la nature des appareils électriques, leur usage et surtout la qualité de l’isolation thermique des logements, précise le député.Pour lutter contre la précarité énergétique, elle prévoit aussi d’élargir les tarifs sociaux de l’énergie à 4 millions de foyers et de généraliser l’interdiction de couper l’électricité, le gaz et la fourniture de chaleur pendant les mois d’hiver.

Les députés ont adopté en première lecture, le 5 octobre 2012, la proposition de loi.

Dénommée « proposition de loi visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre », elle comprend une série d’amendements à la proposition initiale dont l’assouplissement des zones d’implantation des éoliennes et la suppression de la règle des cinq mâts, qui fixait ce seuil minimum pour tout projet d’implantation ou d’extension. Une autre disposition adoptée concerne également les implantations outre-mer, qui étaient au coeur d’un casse-tête car elles sont circonscrites à la fois par la loi Littoral (imposant des constructions près des zones déjà construites) et par la loi Grenelle 2 (interdisant une éolienne à moins de 500 mètres d’une habitation).

Une motion d’irrecevabilité, présentée au nom de la Commission des affaires économiques, sera examinée en séance plénière, le 30 octobre prochain, après la discussion générale.

 

© LegalNews

Auteur de l’article : la Rédaction

Des juristes et des avocats publient sur Droit.fr des articles d'actualité pour éclairer les particuliers et professionnels sur les dernières nouveautés en matière juridique. Très prochainement, des fiches pratiques seront également mises à disposition gratuitement afin de vous aider au mieux dans vos recherches juridiques du quotidien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.